Accueil ACTU MONDE Vers la dépénalisation du cannabis au Maroc ?

Vers la dépénalisation du cannabis au Maroc ?

Interdire, légaliser ou dépénaliser le cannabis ? C’est le dilemme auquel se trouvent confrontées différentes législations à travers le monde, à l’instar de celle du Maroc.

La déclaration en date du 3 Décembre2020 des Nations Unies, constatant l’utilité thérapeutique du cannabis, va relancer de plus belle ce débat, dans un pays réputé être l’une des plaques tournantes du cannabis.

Le cannabis et ses enjeux économiques au Maroc

La culture de la feuille de cannabis est une affaire de tradition au Nord du Maroc. C’est une activité pourvoyeuse de revenus pour d’innombrables familles, dont la survie en dépend.

A titre d’exemple, le nombre de familles bénéficiaires de business a été estimé entre 90 000 et 140 000 familles. 

Cette culture serait d’ailleurs la seule qui soit compatible à ces régions nordiques. La superficie couverte par la production du cannabis s’étend en effet à 50 000 hectares.

Certaines sources affirment même que sa légalisation rapporterait près de 10 milliards d’euros.

Légalisation du cannabis en Israël : Un modèle économique

cannabis

Le Maroc a beau être l’un des premiers producteurs mondiaux de cannabis, mais il s’observe cependant une forte répression en la matière. En effet, sa vente, son achat et sa consommation sont passibles d’emprisonnement.

 Face à ce contraste, plusieurs voix se sont élevées pour réclamer la dépénalisation du cannabis, à l’instar du magazine indépendant TelQuel.

Le pays présenté comme modèle est l’Israël. Depuis 2006, le cannabis y avait été autorisé à des fins thérapeutiques Les revenus générés par la filière du cannabis dans ce pays génèrent plus de 2,5 millions d’euros.

Par ailleurs, le cannabis a permis de soigner près de 60 000 israéliens. A noter également que 150 entreprises opèrent également dans ce secteur.

La déclaration de la commission des stupéfiants des Nations Unies

Malgré les appels à la légalisation ou à la dépénalisation du cannabis, le Maroc n’a jamais cédé le pas. Il a toujours réaffirmé sa volonté de  réprimer la commercialisation, l’achat ou la consommation du cannabis.

Cependant, le 3 Décembre, restera une date majeure dans le débat sur la dépénalisation ou non du cannabis au Maroc.

La commission des stupéfiants des Nations Unies a en effet déclaré qu’elle reconnaissait au cannabis des vertus thérapeutiques. Cela a suffi pour relancer le débat autour du cannabis.

La tendance à la dépénalisation du cannabis dans le monde

De plus en plus, on observe que les législations sur le cannabis deviennent moins rigides. Cela s’explique par la prise de position de plusieurs instances internationales qui ont déclaré l’innocuité du CBD. On peut citer entre autres l’Agence Internationale Anti dopage ou l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Par ailleurs, l’avis de plusieurs experts, la législation de l’Union Européenne en matière de cannabis et le récent arrêt rendu par la Cour de Justice de l’UE à l’égard de la France, ont achevé de convaincre beaucoup de sceptiques que le CBD, n’était en aucun cas une substance psychoactive.

En conséquence, il serait donc peu fondé d’en interdire la consommation.

- Advertisment -

Articles populaires

Commentaires récents