Accueil ACTU MONDE Maroc : A quand l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la...

Maroc : A quand l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la production de cannabis ?

Quand on parle des plus grands producteurs de cannabis dans le monde, il y a de grande chance d’entendre parler du Maroc. L’attractivité de l’industrie du cannabis incite de nombreux entrepreneurs à investir dans ce secteur. Mais pour fidéliser les agriculteurs et empêcher le blanchiment des bénéfices de la part des trafiquants, il était nécessaire de procéder à une réforme législative, ce qui fut fait. Sauf que passé un an, cette loi n’est toujours pas entrée en vigueur. L’information nous a été rapportée par nos confrères de « Premium Times ».

Un retard observé dans la mise en œuvre de la nouvelle loi sur le cannabis

La nouvelle loi sur le cannabis a pour objectif de régulariser la production de la plante à des fins médicales, cosmétiques et industrielles. Elle s’intéresse également aux conditions de culture, à l’importation de graines et à l’exportation des produits. Mais il importe de noter que la production et la consommation du cannabis à des fins récréatives ne sont toujours pas autorisées.

En votant cette loi, les autorités marocaines se donnent ainsi les moyens de contenter les communautés de producteurs de cannabis. Celles-ci regrettent d’être généralement déconnectées du gouvernement central. En conséquence, il n’est pas rare de les voir s’orienter vers le commerce illégal de cannabis. Le vote de cette loi apparait aussi pour le gouvernement comme un moyen de réduire drastiquement la pauvreté dans les communautés où la production et la consommation du cannabis sont très remarquables.

Mais depuis plus d’un an après le vote de cette loi, son entrée en vigueur tarde à se concrétiser. De l’avis des personnes avisées, ce retard serait dû au fait que l’agence pivot chargée de réglementer le secteur n’a pas encore été mise en place. De nombreuses sources rapportent aussi que ce retard est imputable aux élections législatives de Septembre 2021. On apprend de même que l’année dernière a été une année politique très mouvementée.

Quoi qu’il en soit, ce retard n’est pas de nature à favoriser les affaires des acteurs du cannabis au niveau local. De nombreuses personnes veulent savoir « dans quelle mesure le futur marché marocain légal du cannabis – destiné à l’exportation ou à la consommation nationale – peut-il absorber le niveau de production actuel ».

Au vu des remous que suscite le retard dans la mise en œuvre de cette réforme législative, il faut souhaiter que le gouvernement prenne ses responsabilités et dote l’agence de pilotage des moyens nécessaires.

- Advertisment -

Articles populaires

Commentaires récents